Blog de ExMy-memories Tu ne peux pas te cacher, je sais où tu es, j'arrive, tu ne peux pas te cacher. J'arrive et je ne perds plus mon temps, je ferais en sorte que tu me veuilles. Ton côté caché ne me fait pas peur. Je m'échappe somnambule éveillé, personne ne me reconnaît, mis-morte, mis-vivante, entre deux mondes, et maintenant je m'échappe, face à tout cet entourage qui ne me connaît pas, qui ne connaît pas la véritable personne que je suis. Je m'échappe un court instant du mensonge et dureté de la vie, je m'échappe du mensonge humain que je suis. J'arrive plus, à ne plus imposer mes propres pensées, je te cherche, moi-même je me cherche, je cache d'autant plus ce qui est censé être moi, tu es comme moi, j'aimerais être comme toi, c'est ambiguë, tu es complexe, et j'adore ça, ce qui émane de toi, ce ressenti que j'éprouve vis à vie de toi, derrière ce cocon que toi-même t'es forgée, je te cherche encore, tu tombes dans le piège dans lequel les autres sont tombés, et j'en rie, j'en suis déçu de te savoir aussi naïve, et j'en ai marre, j'en ai mal. Qu'espères-tu de moi ? Une tendance ? Tu penses que c'est une tendance ? La maturité c'pas mon truc, j'ai pas envie de grandir, mon esprit est malsain, une partie de toi-même est malsaine, tu me rends malsaine, tu fais exprès, tu continues, tu joues, et j'adore, la seule différence c'est que tu ne me vois pas comme moi je te vois actuellement, la vérité c'est que je ne t'aime pas, mais tu me plais tellement, un irrévocable désir. Tu es une personne vraiment différente, d'après tes dires, tes faits, tu n'es donc pas si spécial, et si tu partais ? Je te connais sans te connaître, toi et ta fausse partie de toi-même, penses-tu ? Je t'ai vu venir et actuellement je te guette. On se ressemble tellement, pour ce que l'on n'est pas. N'y a-t-il pas un endroit où m'évader ?


[ Fermer cette fenêtre ]